Discours de Mr Slimane KHIREDDINE
P D G
du groupe Algérie Télécom

Son Excellence, Dr. Boudjemaâ Haïchour, Ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication.

Mesdames et Messieurs

Chers collègues, chers collaborateurs

Mes chers amis de la presse nationale

Je voudrai tout d’abord vous témoigner ma gratitude pour l’intérêt manifeste que vous portez au Groupe Algérie Télécom et vous dire combien je suis heureux de me retrouver parmi vous pour prendre part à cette cérémonie d’installation du nouveau PDG d’Algérie Télécom Mobilis.

Croyez-moi, ma position de Président du Conseil d’Administration de l’un des plus beaux fleurons du Groupe, je veux parler d’AT Mobilis, est loin d’être aisée bien que confortée par l’esprit de continuité et de consolidation des acquis tel que judicieusement décidé par le premier responsable du secteur de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication, le Dr. Boudjemaâ Haïchour.

Le commis du secteur public qui s’en va, je veux parler de mon ami et ancien camarade de promotion à l’Ecole des Télécommunications d’Oran, Hachemi Belhamdi, n’est plus à présenter.
Elu manager de l’année 2005 en sa qualité de PDG d’AT Mobilis, il a été, la même année, l’artisan d’un redressement spectaculaire de cette filiale qui est passée en un laps de temps relativement court de 1 à 5 millions d’abonnés.

Comme quoi la réussite est plus synonyme de valorisation des compétences et de modernisation des dispositifs de gestion et de management que de panacée systémique.

Aussi, permettez-moi M. le Ministre, au nom du Groupe Algérie Télécom et en mon nom personnel, de témoigner à M. Hachemi Belhamdi toute ma reconnaissance. Il a su, en effet, traduire dans les faits vos orientations et les options fondatrices en relation étroite avec l’émergence d’une économie basée sur l’information, la connaissance et le savoir.

Son action à la tête de la filiale AT Mobilis a, dans le même ordre d’idées, contribué pleinement à réconcilier le secteur public de la téléphonie avec le citoyen et hisser l’Algérie au niveau des nations qui comptent dans le domaine des Technologies de l’Information et de la Communication.

S’il est permis de vous paraphraser, M. le Ministre, je dirai aussi que c’est grâce à des managers de la téléphonie mobile de la trempe de M. Hachemi Belhamdi que notre pays dispose d’une infrastructure de télécommunications mobiles, parmi l’une des plus denses et des plus performantes dans le monde, comblant ainsi le fossé numérique observé jadis, aussi bien au niveau national, que par rapport aux pays développés.

Et ce fut loin d’être une sinécure à un moment surtout où la téléphonie mobile connaissait en Algérie des transformations et des avancées technologiques fulgurantes et une concurrence particulièrement rude à la fois.

Avec patience et passion, il a su impulser une dynamique certaine à son personnel qui, consciemment mobilisé, a su livrer des batailles décisives pour la conquête de parts de marché avec un argumentaire respirant merveilleusement bien le sérieux et la crédibilité.

Travailler pour créer de la richesse et générer du progrès, protéger et défendre les intérêts du consommateur, promouvoir le respect des engagements sur des bases irriguées par l’éthique, l’innovation, l’excellence, le mérite et l’honnêteté, tels sont les grands enseignements que M. Hachemi Belhamdi lègue à ses collaborateurs avec la conviction du travail bien fait, du devoir accompli.

En cela aussi, il est resté fidèle à la philosophie du Groupe Algérie Télécom qui place l’innovation au centre de ses préoccupations cardinales en vue d’explorer de nouveaux champs d’intervention et de favoriser une synergie féconde entre ses aspirations à conforter son chiffre d’affaires et son souci d’être à jour en matière d’innovations technologiques grâce à la recherche et à une forte fédération des compétences.

En cet instant où l’émotion est grande, il me vient à l’esprit un extrait d’un éditorial du bulletin de la filiale nous tenant à cœur où mon camarade de promotion disait :
« Connaître les activités de ses clients dans les moindres détails, c’est aussi se donner les moyens de cibler les réponses à leurs préoccupations afin de mieux élaborer des solutions individualisées. » Voila pourquoi chez AT Mobilis, la gestion repose de plus en plus sur une connaissance précise des besoins de nos partenaires et surtout de notre clientèle.
Nous voulons parler un seul langage, soulignera-t-il : celui de nos clients. Notre stratégie à venir est donc très claire. Au centre le client. Autour la qualité.

Et vous ne serez pas démenti, M. Belhamdi, puisque l’amélioration de l’image de marque de l’entreprise, la modernisation de son organisation et le renforcement de sa relation avec sa clientèle lui permettront d’enregistrer d’excellents résultats. Des résultats qui, révélés par l’audit final de couverture et de qualité de réseau pour l’année 2006, et publiés par l’ARPT le 24 janvier 2007, ont confirmé Mobilis comme étant le plus grand réseau de téléphonie mobile en Algérie avec un taux de couverture de 96,7%, et plus de 7,5 millions d’abonnés.

Je pense que le meilleur hommage que la communauté du secteur de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication puisse vous rendre au moment où vous vous apprêtez à la quitter, c’est celui qui consiste à placer l’avenir de l’un des plus beaux fleurons de la téléphonie mobile sous le signe de la continuité.

Nul n’est mieux placé que le Dr Boudjemaâ Haïchour pour prendre la décision idoine à la faveur d’un choix des plus judicieux. En plaçant sa confiance en la personne de M. Lounis Belharrat, il donne la profondeur qu’il faut à une nomination à la symbolique édifiante.

Le désormais PDG d’AT Mobilis était le bras droit de son prédécesseur, un conseiller autant attitré que loyal qui était de toutes les luttes, de tous les défis. En sa qualité de Directeur de Division « Commercial et Marketing », il joua un rôle indéniable dans la métamorphose et la progression fulgurante de la filiale du Groupe Algérie Télécom.

Permettre à celle-ci de gagner en notoriété, d’améliorer son image de marque, d’augmenter ses ventes et de préserver la confiance de ses clients pour les fidéliser et gagner de nouvelles parts de marché, tels furent ses angles d’attaque.

Homme de l’ombre, s’il en est, d’une modestie et d’une disponibilité légendaires, il est apte à assumer ses nouvelles fonctions qui lui vont comme un gant. Homme de terrain et de dialogue, il a toutes les aptitudes pour maintenir le cap et prouver, à l’évidence, que l’entreprise publique de la téléphonie a encore de belles années devant elle dans le cadre des réformes dont a bénéficié le secteur.

Des réformes qui, s’il est encore permis de paraphraser l’un de ses promoteurs les plus attitrés, ont permis à notre pays, non seulement d’amorcer une dynamique de reprise de son économie, mais également de consolider sa croissance répondant, ainsi, aux exigences d’une économie compétitive où l’innovation est un des fondements majeurs.

M. Lounis Belharrat en est parfaitement conscient, lui qui ne peut que se joindre à moi pour apporter un soutien appuyé à la thèse soutenue par Son Excellence le Ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication.

Une thèse où il est expressément souligné qu’au sein de cette ambitieuse stratégie, le secteur de la Poste et des TIC est considéré comme le catalyseur des autres réformes structurelles, l’élevant, ainsi, au rang de secteur stratégique au même titre que l’énergie, l’éducation et la santé.

Encore une fois, merci d’être venus, de m’avoir écouté.

26 décembre 2007